lalaque

videLa laque, originellement, est la sève d'un arbre dit "rhus vernifera" en chine ( l'arbre chinois ressemble au frêne ) et "urushi" au Japon (l'arbre ressemble au noyer ). Elle trouve son origine en chine, ( 1er millénaire avant JC) puis fait son apparition au Japon vers le Vème siècle avant Jésus Christ.
urushi
urushi
videLe processus d'extraction de la sève préparant à la laque, le filtrage est le même . La résine laque résulte de l'exsudation de l'écorce du végétal, sève récoltée suite à la blessure de l'arbre : en effet, on entaille l'ecorce de manière très précise avec une sorte de couteau pour récupérer la résine dans une coquille, un peu à la manière de la récupération que l'on fait de la thérébinthe de nos pins ...

On verse cette résine dans des récipients, filtrée plusieurs fois puis séchée au soleil pour que l'eau s'en évapore
chine
Cette substance visqueuse est extrêmement nocive, produisant de graves irritations cutanées : elle est utilisée depuis l'époque néolithique pour vernir et protéger les objets utilitaires .

On a découvert au début du xxème siècle des fragments de laque exumés de tombes de la dynastie Shang et un magnifique coffre funéraire de la dynastie Han dont la sophistication artistique et technique est telle, qu'il est évident que la laque en Chine avait déjà une longue histoire !

Une polémique.
Selon certains dictionnaires réputés sérieux, le terme "laque" peut être employé au féminin ou au masculin indifféremment.

Mais l'Académie Française lie chaque genre à des acceptions spécifiques ...

 

Les techniques

Isabelle travaille avec des colles naturelles, animales pour la plupart, des poudres de craies, d'argile pour constituer ses apprêts, des pigments de couleur, des vernis gras ou à l'alcool (ceci en fonction des objets à restaurer).

Les vernis sont en morceaux, en paillettes et sont infusés dans l'essence ou l'alcool. Elle utilise des métaux précieux (argent, or, etc.), en poudre ou en feuilles, des poudres de métaux de cuivre, de bronze.

L'atelier

atelier01
L'atelier est éclairé par une verrière, indispensable pour la vérité de la couleur et la perfection du "fini".

Les murs sont entourés de pots contenant tous les pigments, poudres, encens, colles ainsi qu'un important fond documentaire.

Les visites sont possibles sur rendez-vous